ISLAM ou JESUS Index du Forum
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



  
 
 
                
 
 
 
 
 
 Pourquoi avoir publier ce site ?
Parce que la volonté de Dieu est "que tous les êtres humains soient sauvés et parviennent à la connaissance de la Vérité sur JéSUS".

 
CLIQUEZ SUR LES LIENS

http://islam.xooit.fr/f36-TEMOIGNAGES-VIDEO.htm

http://islam.xooit.fr/f10-TEMOIGNAGES-ecris-audio-videos.htm

 
PLUS d'INFOS cliquez SUR LE LIEN

http://islam.xooit.fr   
       
Publicité mensongèreG o o g l e

La création :Pourquoi vivons-nous et où nous mène la vie ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ISLAM ou JESUS Index du Forum -> . -> Divers + Questions-Réponses
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
La Bible Parole de DIEU
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2008
Messages: 339

MessagePosté le: Sam 16 Oct - 11:27 (2010) Répondre en citant

La création :

Pourquoi vivons-nous et où nous mène la vie ?


Arrow La réponse de l'athéisme à nos plus grandes Pourquoi sommes-nous en vie ? D'où venons-nous ? Existe-t-il quelqu'un « là-haut » qui nous aime et nous a créés par amour, ou bien sommes-nous ici par hasard ? La vie a-t-elle un sens, ou bien est-elle absurde ? Où allons-nous ? Sommes-nous même censés aller quelque part ? Est-ce que tout va aboutir au froid glacial du néant quand l'univers finit par s'éteindre ?


A en croire ce que l'athéisme affirme depuis une centaine d'années, l'existence du système solaire n'est que le résultat d'une explosion accidentelle. Tout n'est que le produit du hasard.
L'athéisme voudrait nous faire croire que la seule différence entre la mousse verdâtre qui couvre la surface des eaux croupies et un être humain réside dans le fait que ce dernier est une forme de vie plus complexe. Lorsque nous sondons l'immensité de l'espace à la recherche d'un Père, nous dit l'athée, nous ne découvrons que le regard vide d'une orbite creuse. H. J. Blackham, le penseur athée, a formulé ainsi la plus grande objection contre l'athéisme : « Il est trop triste pour être vrai. »
Jacques Monod écrivait : « L'Homme enfin se réveille de son rêve millénaire pour découvrir sa totale solitude, son étrangeté radicale. Il sait maintenant que, comme un Tzigane, il est en marge de l'univers où il doit vivre. Univers sourd à sa musique, indifférent à ses espoirs comme à ses souffrances ou à ses crimes » (Le hasard et la nécessité) Un tel pessimisme est typique des philosophes athées. Dieu merci, ce qu'ils nous disent n'est pas vrai !
Arrow La réponse de Jésus Christ à nos questions
Jésus Christ lui-même accepte comme authentique le récit biblique des origines du monde (voir Matthieu 19.4-6, où le Christ cite Genèse 1.27 et 2.24.) Le livre de la Genèse dit que notre monde et l'homme furent créés par Dieu (Genèse 1.1-27). Nous ne sommes donc pas un accident dû au hasard. Notre existence est le résultat d'une volonté consciente. Nous sommes en vie parce que Dieu a voulu que nous vivions.
Les raisons pour lesquelles Dieu nous a créés
Arrow Dieu nous a créés parce qu'il nous aime !
1 Jean 4.8 nous apprend que Dieu est amour. Cela veut dire que Dieu est incapable d'un acte dépourvu d'amour. Le Psaume 136 répète que l'amour de Dieu n'a pas de fin. La création tout entière est l'expression de l'amour du Dieu tout-puissant. (Cette vérité nous amène souvent à protester en disant : « Si Dieu nous aime tant, pourquoi le monde va-t-il si mal ? » Nous traiterons cette question dans la prochaine leçon.)
Arrow Dieu nous a créés pour vivre dans un contexte d'amour.
Le chapitre 1 du livre de la Genèse nous montre comment Dieu a pourvu au bien-être physique de l'homme, avant même de le créer. Mais les hommes et les femmes ont besoin de plus que la nourriture et le logement. Ils ont besoin d'affection et d'amour.
Pour Dieu, il n'y a pas de vraie vie sans amour (1 Jean 3.14). L'amour se vit dans nos relations avec les autres. Un homme demanda au Christ qu'elle était la chose la plus importante dans la vie. Voici sa réponse : « Aime Dieu et aime ton prochain comme toi-même ».
Aimer Dieu, c'est accomplir sa volonté. La volonté de Dieu c'est que les hommes et les femmes aient avec lui une relation fondée sur l'amour. Nous sommes faits à son image afin de pouvoir vivre avec lui (Genèse 5.1,2). L'homme et la femme sont aussi faits pour vivre ensemble (Genèse 2.18-33).
Arrow Dieu nous a créés afin de nous donner honneur et dignité !
Dans le Psaume 8.6-7, on lit à propos de l'être humain : Tu en as fait presque un dieu : tu le couronnes de gloire et d'éclat ; tu le fais régner sur l'oeuvre de tes mains, tu as tout mis sous ses pieds. David s'émerveillait d'une telle destinée pour l'homme. Selon l'écrivain Chesterton, une chose est certaine en ce qui concerne l'homme : sa vie n'est pas à la hauteur de sa vraie destinée ! (Nous verrons dans la leçon 2 pourquoi l'homme a perdu la dignité à laquelle il était destiné par Dieu.)
La femme et l'homme ont été créés « à l'image de Dieu » (Genèse 1.26-27). C'est là un honneur pour eux ! Nous devons, cependant, reconnaître qu'être créé à l'image de Dieu ne signifie pas qu'on est Dieu. Dans un miroir je ne vois qu'une image de ce que je suis et non pas ma propre personne. Nous devons donc admettre que nous ne sommes pas Dieu ; nous ne devons pas agir comme si nous étions Dieu.
L'homme et la femme reçurent de Dieu le don d'exercer une autorité sur terre (Genèse 1.28). Cet honneur n'avait pas été mérité par l'homme : il avait été gracieusement accordé ! L'homme devait exercer cette autorité en tant que représentant de Dieu ; il devait refléter le caractère et la gloire de Dieu comme un ambassadeur reflète le pays qu'il représente. La gloire de Dieu se manifeste dans ses oeuvres (Psaume 19.1). L'homme, lui aussi, devait refléter cette gloire.
L'homme et la femme furent créés à l'image de Dieu afin de pouvoir vivre en communion avec lui. Ils marchaient aux côtés de Dieu (Genèse 3.8) ; ils étaient destinés à vivre dans la présence de Dieu (Genèse 4.16). Il y avait, à cet égard, une différence importante entre l'homme et les animaux (Genèse 2.18-20). En créant l'homme et la femme à son image, Dieu les a rendus capables d'apprécier les valeurs spirituelles que sont la vérité, l'obéissance, la loyauté envers Dieu et autrui.
Arrow Dieu nous a créés pour avoir une vie abondante : pour la joie qui se trouve dans une communion avec lui et avec les autres.
Dieu ne nous a pas créés dans le but de nous torturer, pour nous infliger toutes sortes de maux ou pour nous maudire. Il ne trouve aucun plaisir dans les souffrances que nous endurons (Lamentations de Jérémie 3.33). Son dessein pour l'homme a toujours été un dessein bienveillant (Genèse 1.28 ; Jean 3.17). Dieu offre aux hommes la Vie. Cette Vie nous est donnée lorsque nous connaissons Dieu comme un ami (Deutéronome 30.15, 20 ; Jean 17.3).
Nous ne sommes pas sur terre par le fait du hasard. Il y a bel et bien quelqu'un « là-haut » qui pense à nous. La vie a un but. Nous sommes faits pour une vie remplie de l'amour de Dieu et de l'amour les uns pour les autres. Nous ne sommes pas uniquement des animaux supérieurs. Nous possédons en nous l'image de Dieu et nous sommes destinés à vivre pleinement de sa Vie.
Arrow Ne devrions-nous pas nous réjouir de connaître ces vérités ?


Arrow LA SUITE CI-DESSOUS
La rébellion :
Le mal : A qui la faute et quelle en est la solution ?


_________________
CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR REVENIR EN PAGE D'ACCUEIL
http://islam.xooit.fr


Dernière édition par La Bible Parole de DIEU le Sam 16 Oct - 11:39 (2010); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 16 Oct - 11:27 (2010)

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
La Bible Parole de DIEU
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 01 Avr 2008
Messages: 339

MessagePosté le: Sam 16 Oct - 11:35 (2010) Répondre en citant

La rébellion :

Le mal : A qui la faute et quelle en est la solution ?


Le monde va malChacun sait que le mal existe. Il s'étale à la télévision et dans les journaux. Nous sommes nous-mêmes parfois témoins d'actes de cruauté. Des enfants sont brutalisés ou livrés à la prostitution. Des guerres ravagent le monde uniquement pour le profit de quelques-uns. Des millions d'êtres humains endurent la famine pendant que des nations prospères détruisent des denrées alimentaires. Des dirigeants politiques satisfont leurs ambitions au détriment du bien-être des peuples. On ne compte plus les personnes et les familles victimes des magnats de l'alcool et de la drogue. Des personnes âgées sont agressées. L'avortement tue des millions de bébés sans défense chaque année.


Mais le péché n'est pas limité à certains crimes évidents. Le Christ nous donne deux exemples plus subtils du mal lorsqu'il parle du jeune homme qui avait gâché sa vie (Luc 15.13) et des chefs religieux qui avaient été indifférents à la souffrance d'un homme (Luc 10.31,32). En outre, il y a toute sortes de péchés « respectables » comme l'envie, l'amertume, l'orgueil, la vengeance, l'arrogance, la lâcheté. Vous savez bien de quoi je parle : les péchés à propos desquels les gens haussent les épaules et disent : « Et oui, l'erreur est humaine ! Mais moi, au moins, je ne suis pas un ivrogne qui bat sa femme ! »
A qui la faute ?
Certains rejettent la faute sur notre condition animale, nos instincts. Ils nous disent que l'homme doit évoluer pour dépasser cet état primitif. D'autres disent que le mal est lié à des facteurs héréditaires face auxquels nous ne pouvons pas faire grand-chose. Selon eux, nous sommes « programmés » à haïr ou à aimer, à faire le bien ou à faire le mal. D'autres encore disent que nous faisons le mal à cause de mauvaises expériences vécues dans notre enfance.
Ces explications sur les causes du péché nous rappellent que depuis toujours l'homme est enclin à blâmer autrui pour le mal qu'il fait (Genèse 3.12). Nous entendons souvent dire que le monde irait mieux si « les autres » agissaient autrement. Certains croyants ont tendance à rejeter la faute sur Adam. Ils estiment que nous sommes opposés à Dieu par la faute du premier homme, et ce dès notre naissance. Beaucoup de gens rejettent sur Dieu lui-même la responsabilité du mal (voir Genèse 3.12). « S'il ne nous avait pas créés, protestent-ils, nous ne serions pas dans ce pétrin. »
Les questions sur l'origine et la responsabilité du mal nous préoccupent. Les croyants et les incroyants diffèrent sur les réponses à donner, mais ils cherchent tous des réponses ! Ils diffèrent sur les causes du mal mais admettent, en tous cas, sa réalité !
Dieu nous demande en premier lieu d'accepter notre responsabilité
Dieu nous demande, en premier lieu, d'accepter notre responsabilité pour le péché. Nous devons cesser d'en rejeter toujours la faute sur les autres (par exemple, sur Adam ou Eve). Même en tenant compte de toutes les excuses et circonstances atténuantes que nous pouvons invoquer, nous savons bien qu'il nous arrive de choisir consciemment de faire le mal.
La psychologie tend à considérer le péché comme une invention d'Eglise et tend à nous faire reléguer la responsabilité du mal sur « les autres ». Mais les psychologues sont de plus en plus nombreux à admettre que de telles idées ne contribuent pas à enrayer le mal ! C'est que la méchanceté des hommes est une réalité et non une « invention ». Les hommes doivent apprendre à assumer la responsabilité morale de leur comportement.
Dans les camps hitlériens, des millions d'hommes, de femmes et d'enfants ont été torturés et assassinés. Les gens qui supervisaient ces camps refusèrent de se considérer comme coupables ou responsables de leurs actes criminels. Ils prétendirent qu'ils ne faisaient qu'obéir à des ordres. Il y a de quoi être stupéfait par une telle attitude d'auto-justification, mais celle-ci résulte du refus de reconnaître ses propres péchés. Dieu nous dit pourtant :Il n'y a pas de juste, pas même un seul (Romains 3.10).
Pourquoi devons-nous reconnaître nos fautes ?
Voici la réponse : Si nous n acceptons pas notre responsabilité pour le péché nous n'accepterons pas non plus le pardon de Dieu. Celui qui se considère innocent du péché n'a que faire du pardon, puisqu'il n'y a rien à pardonner !
Si quelqu'un a brisé l'un de vos carreaux, vous ne pouvez pas aborder n'importe quel passant pour lui pardonner ce geste ! Si votre fils a été battu à l'école, vous ne pouvez pas pardonner au premier écolier innocent qui passe ! En d'autres termes, ce sont des coupables qui ont besoin de pardon... et non pas des innocents. Ainsi, lorsque nous prétendons être sans fautes, sans péchés, nous ne sommes pas disposés à accepter le pardon.
Dieu veut donc que nous reconnaissions nos fautes. Il le veut parce qu'il désire nous offrir le pardon et nous permettre, ainsi, d'avoir part à sa vie. Mais nous ne pouvons pas avoir part à la vie de Dieu tant que demeure notre rébellion contre lui, tant que nous ne reconnaissons même pas l'existence de cette rébellion.
Supposons qu un médecin, aux vues d'une radiographie de nos poumons, nous annonce que nous sommes atteints d'un cancer. Il pourrait modifier la radiographie pour que les tâches suspectes n'apparaissent plus, mais cela ferait-il disparaître la maladie ? Le médecin ne peut pas modifier le résultat de la radiographie sous prétexte qu'elle révèle une maladie grave. Il en est de même dans les relations entre Dieu et les hommes.
Le message central de la Bible, c'est que le Christ est mort pour tous les hommes et toutes les femmes. Le Christ est mort pour nous délivrer du péché (Jean 3.16 et 1 Jean 2.2). Les hommes souffrent d'un mal mystérieux et apparemment incurable ; tel un parasite enfoui en chacun de nous, il se nourrit de nous et veut notre mort. Certains « penseurs » affirment, en souriant, qu'il n'y a pas lieu de s'en inquiéter ; pourtant, le péché continue à nous dévorer. Des gens sont brutalement agressés dans la rue ; des nations sont vouées à l'extermination ; des millions d'êtres humains se réveillent chaque matin sachant qu'ils seront maltraités, voire torturés. La perversité, la corruption, la violence, les abus de toutes sortes, le plaisir de faire souffrir sont le lot quotidien de notre monde.
C'est le péché qui nous dévore de l'intérieur
La science ne peut nous sauver ! La psychiatrie ne peut nous sauver ! La politique ne peut nous sauver ! L'armée et la police ne peuvent nous sauver ! L'assistance sociale ne peut nous sauver ! L'enseignement ne peut nous sauver ! La philosophie ne peut nous sauver ! Les dirigeants de notre pays ne peuvent nous sauver ! L'homme ne peut pas sortir de son péché par la guerre, la menace, les études ou les protestations. Il ne peut trouver son salut en payant, en soudoyant ou par de belles paroles. Le Christ nous demande de faire face à notre péché, mais il nous dit : Je suis le chemin (Jean 14.6). Plutôt que de nous barricader contre Dieu, nous devons lui ouvrir la porte de notre vie et le laisser agir en nous pour vaincre la puissance du mal qui nous ronge.
Qu'en pensez-vous ? N'êtes-vous pas, comme nous tous, en lutte avec le mal ? N'avez-vous pas constaté à quel point nous sommes incapables de l'emporter par nous-mêmes ? Ne pensez-vous pas qu'un jour viendra où les hommes devront rendre compte de leurs actes ? Si vous répondez par « oui », c'est que déjà vous êtes attentifs à la voix de Dieu. Il importe de ne pas ignorer cette voix, mais de toujours l'écouter.




Arrow A la recherche des gens perdus
Pourquoi Dieu continue-t-il de nous poursuivre de son amour ?   
Le Dieu Saint à la recherche de gens perdusIl y a quelques années en Australie un petit avion s'écrase en pleine brousse après avoir lancé un signal de détresse. Le pilote est tué sur le coup, mais son jeune passager survit. Le temps qu'on localise l'épave, le garçon a disparu. Craignant que son enfant ne soit pris de panique, le père fait larguer des milliers d'imprimés sur la région. L'imprimé porte le message suivant : « Dirky, n'aie pas peur ! Je te cherche ! Je te retrouverai ! Je t'aime ! - Papa ». Dirky tombe sur l'un des imprimés, et ce message rassurant l'aide à tenir le coup. Dieu a, lui aussi, envoyé un message à ses enfants égarés, en la personne de son Fils (Jean 3.16 et Luc 19.10). 
 
Comment Dieu peut-il continuer à aimer des gens mauvais ?De l'avis de l'apôtre Paul, il nous est impossible de donner une réponse exhaustive à cette question (Ephésiens 3.19). Mais il ajoute que malgré notre incapacité à comprendre complètement l'amour de Dieu, nous pouvons quand même savoir qu'il nous aime, car il nous l'a montré en Jésus Christ (voir 1 Jean 4.9).Même l'amour dont s'aiment les êtres humains est souvent un mystère. N'est-il pas surprenant de voir une femme continuer d'aimer un mari qui la maltraite depuis le premier jour de leur mariage ? Vous avez peut-être conseillé à cette femme de quitter cet homme. Elle sait que vous pensez à son bien, mais vous adresse un sourire et vous dit quelque chose au sujet d'un amour éternel. Ne sommes-nous pas étonnés de voir des parents pleurer de joie au retour d'un enfant dont le comportement leur avait brisé le coeur ? Comment pouvons-nous l'expliquer ? Comment pouvons-nous comprendre que des enfants terriblement maltraités aiment quand même leurs parents, au point de leur chercher toutes sortes d'excuses ?
Puisque les hommes et femmes pécheurs sont capables d'aimer au-delà de tout ce que nous pouvons imaginer, devrions-nous être surpris de l'amour inexplicable de Dieu ? La parabole du fils prodigue (Luc 15) est une bonne image de cet amour de Dieu.
Comment Dieu peut-il nous aimer et en même temps punir le péché ?
Les parents humains font la même chose quand ils disciplinent leurs enfants tout en les aimant. Qui aime bien châtie bien (Apocalypse 3.19). Plus la faute est grave, plus elle est prise au sérieux. N'est-ce pas judicieux ? Ça l'est pour Dieu, qui nous dit qu'au jour du Jugement dernier, certains seront traités avec moins de rigueur que d'autres (Matthieu 11.22,24).
Si Dieu a envoyé un déluge pour détruire la quasi-totalité de l'humanité (Genèse 6.9), c'est parce que la terre s'était remplie de méchanceté. Les hommes avaient besoin d'autre chose qu'une légère réprimande. Ils mangeaient, buvaient, respiraient, rêvaient le mal (Genèse 6.5, 11). Il fallait donc un remède radical. Dieu seul voit le péché tel qu'il est vraiment ; et il fera ce qu'il faudra pour en venir à bout !
Dieu punit le péché parce qu'il en mesure la gravité. Une société qui se veut juste doit prendre le crime au sérieux. Nous devrions vouloir que Dieu prenne le mal au sérieux. Si Dieu ne prenait pas le mal au sérieux, pourrions-nous l'estimer ? Que penserions-nous d'un Dieu qui fermerait les yeux sur le viol de petits garçons et de petites filles ? Pourrions-nous louer un Dieu qui sourirait avec indulgence quand des voyous tabassent à mort un vieil homme, histoire de rigoler ? Quel sentiment éprouverions-nous envers un Dieu qui prendrait plaisir au fait que des enfants sont recrutés dans la pornographie et la prostitution ? Qui ne mépriserait un Dieu qui s'amuserait à voir des tyrans opprimer les pauvres et les réduire en esclavage ? Ne souhaitons-nous pas que quelqu'un s'occupe des caïds de la drogue qui amassent des fortunes sur le dos de millions de malheureux (les intoxiqués et leurs familles) ? Comment pourrions-nous adorer un Dieu qui serait indifférent à toutes ces choses ? Un tel Dieu pourrait être craint, mais il ne mériterait pas notre adoration !
Le péché est une insulte contre Dieu ; c'est pourquoi Dieu juge le péché avec sévérité. Qu'y a-t-il de surprenant à cela ? Le mal lui inspire la répulsion et constitue un affront à sa personne (1 Jean 4.8 ; Psaume 29.2). La nature fondamentale du péché, c'est d'être une offense contre Dieu (voir Psaume 51.4).
Une autre raison pour laquelle Dieu réagit à l'encontre du péché, c'est qu'il aime ceux qui en sont les victimes. Dieu redressera un jour tous les torts commis contre les opprimés et les gens sans défense (Genèse 18.25). Quand nous devons jeter en prison une brute criminelle afin de protéger ceux qui subissent sa cruauté, nous ne ressentons pas forcément à son encontre une haine personnelle. Les nations alliées contre Hitler n'avaient pas besoin de haïr Hitler personnellement pour savoir qu'il fallait l'empêcher d'exterminer des peuples tout entiers. Sommes-nous donc obligés de voir en Dieu un vengeur fou de haine lorsque, par amour pour les victimes d'une oppression et pour le bien des générations à venir, il écrase des oppresseurs ?
Ayons, à l'égard de Dieu, des pensées nobles
La Bible raconte une histoire
L'histoire sainte raconte comment Dieu nous a poursuivis de son amour ! Elle expose maintes et maintes fois le mal sordide qui habite l'homme, mais montre en même temps comment Dieu part à sa recherche. Il promet à Adam et Eve déchus qu'un Rédempteur viendra un jour (Genèse 3.15). Il choisit Noé et sa famille en vue de bénir les générations à venir (Genèse 6.8 ; 7.1) et les sauve du déluge. Il établit l'arc-en-ciel comme un signe perpétuel du péché de l'homme et de son propre amour pour le genre humain (Genèse 9.1-2).
Par pure grâce, il décide de donner un enfant à un vieil homme et sa femme stérile ; toutes les familles de la terre doivent être bénies en cet enfant (Genèse 12.1-2). Plus tard, au Mont Sinaï, les descendants d'Abraham deviennent une nation (Exode 19.5-6) après avoir été libérés de l'esclavage en Egypte (Exode 1-12). Abraham et le peuple d'lsraël sont devenus des signes de ce que Dieu projetait pour le monde entier.
Israël avait été réduit en esclavage par le pharaon ; sa libération annonce la libération de l'humanité devenue esclave du péché et de Satan. Les Israélites dressent, selon les instructions de Moïse, la tente (ou tabernacle) comme un lieu d'adoration ; ainsi, Dieu leur apprend qu'il veut vivre au milieu d'eux en dépit de leur péché. Les sacrifices démontrent que la vie avec Dieu n'est possible que si l'on prend au sérieux la gravité du péché. C'est Dieu lui-même qui fournit les animaux, montrant ainsi qu'il fournit ce qui est nécessaire pour avoir part à sa vie (Lévitique 17.11). L'intérieur de la tente comporte une pièce plus sacrée et qui représente la demeure de Dieu, dont l'accès reste interdit au peuple. L'impossibilité d'accéder au lieu saint, ainsi que les innombrables sacrifices, sont porteurs du message suivant : il faut attendre la venue du Christ pour avoir une relation pleinement intime avec Dieu (voir Hébreux 9.7-8 et 10.19-20).
Le tabernacle déclarait qu'un jour Dieu viendrait habiter parmi tous les hommes dans la personne de son Fils. Les sacrifices d'animaux proclamaient le sacrifice ultime offert pour le pardon des impies, le don de la vie pour ceux qui ont mérité la mort. (voir Jean 1.14 ; 1 Jean 2.2 et Romains 3.23-26).
La nation d'lsraël devait être pour le monde un signe de l'amour de Dieu envers tous les hommes (et pas seulement envers les Israélites). Tout comme l'arc-en-ciel, elle signifiait que Dieu nous aime et cherche à se lier avec les pécheurs que nous sommes !


Arrow Jésus Christ
Pourquoi Jésus Christ est-il venu sur la terre ?
« Il vient »


Un auteur a résumé le message de l'Ancien Testament par ces mots : « Quelqu'un vient ! » Cela peut paraître trop simple, et pourtant le fil conducteur qui traverse l'ensemble des écrits de l'Ancien Testament, c'est l'attente de « celui qui vient ». Dans les Ecritures juives de l'Ancien Testament, il existe plus de quatre cents textes qui annoncent ce que sera et ce que fera le Messie.
Qui donc devait venir ?
L'Ancien Testament présente celui qui doit venir à la fois comme Dieu et Homme. Genèse 3.15 l'appelle «la descendance de la femme » et le décrit donc comme un être humain. Essaie 7.14 annonce qu'il doit naître d'une vierge et qu'il doit s'appeler « Emmanuel » (Dieu avec nous). Esaïe 9.5-6 prédit qu'il descendra du roi David, mais aussi qu'on l'appellera « Dieu fort ». Michée 5.1 nous annonce qu'il sortira de la terre de Judée, mais que ses origines remontent à l'éternité.
Dans l'histoire du monde, un seul homme s'est sérieusement déclaré à la fois humain et divin : Jésus Christ, fils de David et Fils de Dieu. Dieu était « en lui pour réconcilier le monde avec lui-même » (2 Corinthiens 5.19).
Pourquoi est-il venu ?
Jésus Christ est venu pour nous rappeler que Dieu est « avec » nous. Le prophète Esaïe avait annoncé que l'enfant promis serait « Emmanuel » (voir Matthieu 1.23), ce qui signifie en hébreu « Dieu avec nous ». Dieu a accepté de partager nos peines et nos luttes. Dieu ne reste pas « là-haut » à donner des ordres. Son amour pour nous l'amène à être solidaire de notre détresse. Lorsque Jésus se laisse brutaliser, insulter et maltraiter, c'est Dieu qui s'expose aux coups pour nous. Voilà à quel point Dieu veut vivre avec nous (voir Jean 1.1-14 ; Colossiens 2.9) !
Jésus Christ est venu pour mettre en évidence l'amour de Dieu dans toute sa splendeur. Dieu n'a pas attendu la venue du Christ pour nous aimer. Mais en Jésus, Dieu nous offre la plus belle expression de son amour (1 Jean 4.9).
Jésus Christ est venu pour mettre en évidence la laideur de notre péché. Jésus a fait cela de deux façons : d'abord il a vécu avec tant de courage et de désintéressement que sa propre vie en rayonnait. Comparée à la sienne, notre vie paraît dépourvue d'amour et de noblesse. Et le Christ nous affirme que c'est le péché qui fait cela. En second lieu, Jésus a mis en évidence la gravité du péché en se laissant crucifier. Sur la croix, le péché s'attaquait à Dieu lui-même ! Sur la croix, le péché s acharnait aussi sur l'Homme ! Par cela, le Christ veut nous faire comprendre que le péché est mauvais au-delà de tout ce qu'on peut imaginer et qu'il faut le détruire pour que l'homme et Dieu puissent se retrouver.
Jésus Christ est venu pour être le Représentant de l'humanité. Jésus ne représente pas seulement un petit groupe d'élus. Il est venu au nom de tous les hommes. Il est devenu homme afin de pouvoir confesser le péché de l'humanité tout entière. En lui les hommes trouvent un Homme qui peut vraiment comprendre comment Dieu voit le péché. En lui les hommes trouvent un Homme qui peut leur servir d'intermédiaire, un Homme qui peut s'approcher de Dieu en leur faveur (1 Timothée 2.4-5).
Jésus Christ est venu pour mourir et porter les pêchés des hommes. Dans la société des hommes, la justice est assurée par des lois ; mais on méprise la loi et on la rend inutile quand on laisse le crime impuni. Comment Dieu arrive-t-il donc à acquitter les pécheurs sans pour autant mépriser sa sainte loi ? Comment Dieu peut-il exiger que nous respections sa loi si lui-même ne la respecte pas en amnistiant simplement les coupables ? C'est à cause de ce dilemme que le Christ est venu (Romains 3.24-26).
A la vue de la croix, comment peut-on s'imaginer que Dieu prend le péché à la légère ? La mort du Christ démontre que le pardon des pécheurs n'est pas chose facile, même pour Dieu ! En effet, Dieu a tant de respect pour sa loi qu'il refuse d'accorder un pardon facile ou « à bon marché ». En même temps, Dieu aime les pécheurs et accepte de payer le prix nécessaire pour satisfaire sa loi et offrir un pardon juste à tous les hommes (1 Jean 1.9 et 1 Pierre 2.24).
Jésus Christ est venu pour nous appeler à une vie de confiance et de sainteté. Le seul homme qui voit le péché dans toute son horreur est Jésus. Or, celui qui s'attache au Christ crucifié voit progressivement le péché de la même façon ; cela fait partie de ce que l'Ecriture appelle « la repentance ». Voilà pourquoi un disciple de Jésus ne peut pas se complaire dans un comportement de pécheur, ni prendre le péché à la légère.
Certains se font une conception curieuse de la mort du Christ. Ils s'imaginent que Dieu a enfreint sa loi morale qui nous condamnait à juste titre ; ou ils pensent que Dieu a contourné sa loi afin de pouvoir nous pardonner. Or, c'est tout le contraire qui est vrai. C'est parce que Dieu refusait d'annuler ou d'affaiblir les exigences de sa sainte loi que le Christ devait mourir. Sa crucifixion ne signifie donc pas que Dieu a méprisé sa loi, mais nous rappelle que Dieu respecte et défend la dignité de sa loi.
Jésus Christ est venu nous apporter l'espérance. Si nous fondons notre espérance sur notre état de santé, que ferons-nous quand nous tomberons gravement malades ? Si notre espoir repose sur nos facultés intellectuelles, que deviendrons-nous quand la vieillesse viendra diminuer ces facultés ? Si nous comptons sur la réussite financière, que deviendrons-nous face à la faillite ? Si notre espérance dépend de nos enfants, vers qui nous tournerons-nous si nos enfants se détournent de nous ? Si nous mettons notre espoir dans les progrès de la société, que ressentirons-nous face à une oppression ou une criminalité qui empirent?
Mais il y a une bonne nouvelle : le Christ a affronté et vaincu tout ce que l'homme redoute. Il a affronté le péché et en a triomphé. Il a affronté la souffrance et l'a soumise au dessein de Dieu. Il a affronté la mort et l'a détruite. Quelque part en Angleterre, une pierre tombale porte l'inscription suivante : « parti avec un Ami ! ». L'espérance du chrétien repose solidement sur le Dieu qui ne ment pas (Tite 1.1-3) et sur son Fils. Ni le changement, ni la détérioration, ni les menaces, ni les craintes n'ont d'emprise sur cette espérance (voir 1 Timothée 1.1 et 4.10).
Pour beaucoup, l'espérance est surtout minée par la présence si flagrante du péché dans leur vie. Ils ont tout fait pour lutter contre le péché, mais ont perdu tout espoir de le vaincre. Le Christ vient et nous promet que si nous nous remettons entre ses mains, il nous donnera la victoire non seulement sur la sentence de condamnation que mérite notre péché, mais en outre sur le pouvoir du péché dans notre vie.
Lisez les mots qui suivent et laissez-les allumer un espoir en vous : Que le Dieu qui donne la paix fasse que vous soyez complètement à lui ; qu'il garde votre être entier, l'esprit, l'âme et le corps, sans tache pour le jour où viendra notre Sauveur Jésus Christ. Celui qui vous appelle accomplira cela, car il est fidèle (1 Thessaloniciens 5.23-24). Nous soulignons la dernière phrase parce que la fidélité de Dieu est le fondement de l'espérance du chrétien. Puisque son Dieu est fidèle, le croyant est confiant de la victoire sur le péché ! Rappelons-nous que cette victoire est remportée non seulement sur le châtiment auquel nous condamne le péché, mais aussi sur son pouvoir dans notre vie.
Quelle joie de savoir que Jésus est venu !


Arrow Se tourner vers DieuChanger la direction de notre vie : Comment ?
Pour aller vers quoi ?



Le gouffre qui nous sépare de Dieu ne vient pas de lui
Dieu a créé les hommes par amour (Psaume 136.5-9). Il n'a créé aucun homme, aucune femme, dans le but de les torturer ni dans ce monde ni dans l'autre. L'état lamentable dans lequel se trouve le monde est l'oeuvre des hommes, et non celle de Dieu !
Nous avons voulu nous soustraire à la volonté de Dieu, nous avons trahi sa confiance, mais lui n'a pas renoncé à nous aider. A travers les siècles, il nous a poursuivis de son amour, nous a enseignés, suppliés, cherchés, à travers des gens tels que Noé, Abraham et l'ancienne nation d'lsraël. Finalement, Dieu est venu sur la planète Terre et s'est fait connaître dans la personne de Jésus de Nazareth. La vie qu'il a vécue, la mort qu'il a soufferte pour nous tous, parlent des sentiments de Dieu à notre égard.
En nous tournant vers Dieu, vers quoi nous tournons-nous ?
Nous nous tournons, avant tout, vers une personne. Dieu n'est pas une force, une puissance impersonnelle. Il est une personne. Quelqu'un qui peut combler notre besoin d'affection et d'amitié. La « Nature » est incapable de remplir le vide de notre coeur. Une « Force » ne peut nous tirer de la solitude, ne peut satisfaire nos aspirations. Il vient un moment dans notre vie où nous aspirons à autre chose qu'au confort ou à la réussite, où nous cherchons un Ami en qui nous pouvons nous confier. Cet Ami que nous cherchons est Dieu, le Père de Jésus Christ (voir Jean 17.3 et Genèse 2.18).
Nous nous tournons vers le pardon. Le pardon est un don, un cadeau fait à une autre personne. Dieu offre le cadeau du pardon aux pécheurs que nous sommes. Il offre ce cadeau en permanence (1 Jean 1.9). Il offre le pardon à travers le Christ, lorsque nous nous unissons au Fils en qui seul se trouve le pardon (Ephésiens 1.7).
Nous nous tournons vers la vie. Jésus est venu pour nous convaincre non seulement de nos péchés, mais aussi de nos possibilités. Il désire nous montrer un but à atteindre. Jésus met l'accent non pas sur ce que nous avons été ou ce que nous sommes, mais sur ce que nous pouvons devenir avec son aide. Le Christ n'insiste pas autant sur les renoncements à consentir que sur les bienfaits que nous recevrons. Abraham quitta ses proches pour devenir le père de millions d'hommes et de femmes (Genèse 12.1). Moïse renonça aux richesses de l'Egypte et devint un grand libérateur (Hébreux il .26). Saul de Tarse renonça aux traditions qu'il vénérait et devint l'ambassadeur du Christ (Philippiens 3.4-7).
Dieu n'a pas l'intention de nous léser ; il veut, au contraire, nous donner la vie dans sa plénitude (Jean 10.10). Tous les événements de la vie, même les souffrances et les échecs, prennent un sens et sont pétris de la gloire de Dieu, car il a lui-même vécu les mêmes choses (Esaïe 43.1-3 ; Matthieu 1.23). Lorsqu'un homme se tourne vers Dieu, il se tourne vers l'espoir au milieu de l'adversité ; vers la paix au milieu du tumulte ; vers la joie au milieu de la peine ; vers un sentiment profond de vocation au milieu d'un monde sinistre rempli d'êtres qui gaspillent leur précieuse existence en frivolités.
Comment les hommes et les femmes du Nouveau Testament se tournaient-ils vers Dieu ?
  1. Ils se tournaient vers Dieu en reconnaissant qu'ils étaient des pécheurs.
  2. Ils se tournaient vers Dieu en reconnaissant qu'ils ne pouvaient se sauver eux-mêmes.
  3. Ils se tournaient vers Dieu en se repentant et en étant baptisés dans le Christ.


Tout cela ressort clairement des textes bibliques :
D'entendre cela, ils eurent le coeur transpercé et ils dirent à Pierre et aux apôtres :

Citation:
« Frères, que devons-nous faire ? » Pierre leur répondit : « Repentez-vous, et que chacun de vous se fasse baptiser au nom de Jésus Christ pour la rémission de ses péchés, et vous recevrez alors le don du Saint-Esprit. » [...] Eux donc, accueillant sa parole, se firent baptiser. Il s'adjoignit ce jour-là environ trois mille âmes (Actes 2.37-38,41).



Alors le gardien demanda de la lumière, se précipita dans la cellule et, tout tremblant de peur, se jeta aux pieds de Paul et de Silas. Puis, il les fit sortir et leur demanda :

Citation:
« Messieurs, que dois-je faire pour être sauvé ? » Ils répondirent : « Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé, toi et ta famille. » Et ils lui annoncèrent la parole du Seigneur, à lui et à tous ceux qui étaient dans sa maison. Le gardien les prit avec lui à cette même heure de la nuit et lava leurs blessures. Il fut aussitôt baptisé, ainsi que tous les siens. (Actes 16.29-33). « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? »Je demandai : « Qui es-tu Seigneur ? » La voix me répondit : « Je suis Jésus de Nazareth que tu persécutes. » [...] Je demandai alors : « Que dois-je faire Seigneur ? » [...] « Et maintenant, pourquoi attendre encore ? Lève-toi, sois baptisé et lavé de tes péchés en faisant appel à son nom » (Actes 22.7,8,10, 16).





Voir aussi les textes bibliques suivants Jean 3.16; Galates 3.26,27 ; Actes 10.43 ; Matthieu 28.19 ; Actes 17.30-31 ; Romains 6.3-7 ; Romains 10.9-10 ; Tite 3.5 et Ephésiens 2.8-9.
Pourquoi, dans le Nouveau Testament, Dieu établit-il un rapport entre le baptême et le pardon ?
C'est parce que le baptême est l'acte par lequel le pécheur confesse sa foi en Jésus Christ. Le message transmis par l'apôtre Paul concernait « tout d'abord l'oeuvre du salut accomplie par le Christ sa mort, sa résurrection et son ascension » (1 Corinthiens 15.3). Ceux qui se savaient condamnés par leur péché se tournaient vers Dieu en faisant appel à la croix de Jésus Christ et à sa résurrection d'entre les morts. Cet appel au Christ crucifié et ressuscité se faisait par un ensevelissement et une résurrection avec le Christ (Romains 6.3-4 et Colossiens 2.12 ; Romains 10.9-10). Voilà de quelle façon, dans le Nouveau Testament, hommes et femmes se tournaient vers Dieu. Et nous, aujourd'hui, qu'allons-nous faire pour nous tourner vers Dieu ?
 Et nous, qu'allons-nous faire ?
_________________
CLIQUEZ SUR LE LIEN POUR REVENIR EN PAGE D'ACCUEIL
http://islam.xooit.fr


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:13 (2016)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ISLAM ou JESUS Index du Forum -> . -> Divers + Questions-Réponses Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2015 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Template by Totoelectro